Papa c’est quoi l’avortement ?

La parentalité au quotidien, c’est des tas de questions dont on a déjà anticipé les réponses. Mais les meilleures de ces questions, à mon humble avis, sont sans doute celles que vous n’avez pas vues venir, que vous auriez préféré éviter, mais qu’il faut savoir affronter le moment venu. Pas question de laisser les mômes avec un « demande à ta mère ».

Mais avant tout, un peu de contexte : quand je bosse les weekends, Lyna aime bien venir s’asseoir à côté de moi ou sur mes genoux. Elle regarde ce que je fais, pose des questions ("alors là je monte une vidéo, je prends un bout de vidéo, que je colle derrière un autre bout de vidéo").

Ce samedi-là, une lectrice de madmoiZelle mentionne le Twitter de la Redac "vous avez vu cette vidéo ?".

Erreur : je clique avec Lyna sur mes genoux. La vidéo se lance toute seule. Le titre est assez peu explicite : une petite fille américaine de 12 ans parle de l’avortement. Je me dis que ça peut être une chouette façon de lui présenter le sujet.

Au bout de 30 secondes, le verdict tombe : cette petite conne est une pro-vie et débite tellement de conneries qu’elle ferait la fierté de Christine Boutin. Je pâlis un peu, me disant que c’est pas spécialement la meilleure façon d’introduire ce sujet sensible à mon rejeton – parce que oui je suis un enfoiré de pro-choix et comme tout bon parent qui se respecte, j’aime inceptionner mes idées empruntées de liberté à mes enfants, c’est d’ailleurs pour ça que j’en ai faits.

Possibilité éventuelle pour moi de rectifier le tir : la vidéo est sous-titrée et il y a des chances que Lyna ne suive pas la cadence. "Tu arrives à lire les sous-titres ?" "Oui bien sûr !" Fuck, raté.

Au bout de 3 minutes d’inepties insupportables débitées par cette andouille, je coupe la vidéo, prends mon courage à deux mains et lui demande "t’en as pensé quoi ?"

La question en retour est immédiate : "c’est quoi l’avortement exactement ?". Allez c’est parti mon con, après tout, t’as signé pour ça !

« Alors, l’avortement, c’est quand une femme est enceinte de quelques semaines, donc c’est vraiment très récent, et qu’elle décide qu’elle ne veut pas garder — attention piège —  le foetus.
– C’est quoi un foetus ?
– C’est comme un oeuf, qui va grandir tout au long des neuf mois de la grossesse pour devenir un bébé… ce qu’il y a de bien avec l’avortement, c’est que les femmes ont le choix : elles peuvent décider de ne plus être enceinte ou de rester enceinte. Et donc en ce moment, il y a des tas de gens en France qui veulent empêcher les femmes d’avoir le choix. Et c’est vraiment honteux, parce qu’on est en 2014 et tout le monde devrait pouvoir choisir d’avoir un bébé ou pas.
– … (elle réfléchit) C’est comme si je tombais enceinte quand j’avais 19 ans, par exemple, que je faisais encore mes études et que j’étais pas prête du tout à avoir ce bébé. S’il se passait ça, je préférerais ne pas avoir ce bébé que de l’avoir et de pas savoir m’en occuper. C’est ça ?

À cet instant précis, il se passe ça dans ma tête :

- Oui, voilà ma grande, c’est exactement ça.

Mission-Accomplished-251x300

12 réflexions sur “Papa c’est quoi l’avortement ?”

  1. Fab, un livre INCONTOURNABLE et fantastique, à avoir absolument dans sa bibli de parent "pro-choix", un bijou inégalé sur le sujet : "C’est ta vie, l’encyclopédie qui parle d’amitié, d’amour et de sexe aux enfants" de Lenain. Tu l’achètes, tu le lis, et tu le fais tourner sur tous les Madmoiz’elles et autres réseaux sociaux.

  2. Bon ben t as loupé le coche d’enchainer sur comment elle aurait pu faire a la base pour pas tomber enceinte (non ?!?!? ;) ) Arf…

  3. Bonjour Fabrice, lectrice de mademoiZelle je suis tombée un peu par hasard sur ton blog et je le trouve vraiment génial. C’est vraiment super de pouvoir informer tes filles comme tu le fais. Je suis d’abord tombée sur ton article sur le harcèlement de rue, et puis maintenant sur celui là. Je trouve ça vraiment "bien" je ne suis pas encore mère mais je suis copine, cousine, tata et c’est comme ça que je veux informer les mouflets (d’amour, dans ma bouche ou plutot sur mon clavier "mouflet" n’est pas une insulte) qui m’entourent. Big up !

  4. Visiblement, être pro-choix, ce n’est pas "laisser le choix", mais plutôt considérer que de penser autrement c’est être "une petite conne" qui "débite des conneries" et "des inepties".

    Effectivement, merci d"inceptionner" votre vision nuancée et libertaire du Monde à vos enfants.

    Si vous voulez l’avis d’un spécialiste en obstétrique et gynécologie, ancien fondateur de l’association Pro-choix NARAL, ardent pro-choix à l’époque, qui se déclarait personnellement responsable de 60 000 avortements dans le cadre de ses fonctions, je vous invite à découvrir le lien suivant:

    Osez ensuite redire que le fœtus n’est qu’un œuf et non pas un enfant.
    Osez prétendre que la question de l’avortement ne peut correctement se poser et se sous-peser que du point de vue de la femme qui porte en elle cette vie.
    Osez affirmer que de militer contre l’avortement n’est le fait que de cons qui débitent des inepties.

    Je vous invite à faire davantage le tour de la question avant d’asséner votre avis aussi péremptoire qu’agressif.

    Bien à vous

    1. Non seulement j’ose mais je re-ose, la preuve : je valide votre commentaire et je vous propose publiquement d’aller vous faire cuire un oeuf.

      Et comptez sur moi pour continuer à élever mes mômes comme je l’entends, tout en vous proposant avec toute la bonhomie qui me caractérise d’aller vous mêler de votre cul.

      Oui c’est sans aucun doute péremptoire et agressif mais vu vos idées d’un autre temps, je ne vois pas vraiment comment je pourrais communiquer autrement avec vous.

      Et évitez de venir déféquer vos conneries sur mon blog personnel à l’avenir.

      Cordialement.

      1. Merci pour la validation de mon commentaire, ce qui permettra peut être à ceux que ça intéresse de creuser la question d’un point de vue différent.

        Votre blog personnel ?…. Au temps pour moi, je n’avais pas réalisé que vous aviez privatisé internet…

        Un peu déçu tout de même par votre retour car lorsqu’on aborde des questions aussi existentielles que celles de l’avortement et plus largement du regard que l’on pose sur la vie prénatale, on aurait pu s’attendre à un peu plus de mesure et d’ouverture.

        Mes idées sont d’un autre temps ???
        Je vous renvoie le compliment: vos propos ont plus de 50ans de retard sur les connaissances scientifiques actuelles au sujet de la vie embryonnaire et fœtale.
        Je ne vous blâme pas car, hélas, beaucoup de gens qui pensent comme vous sont convaincus de parler au nom du progrès alors qu’ils sont dans le déni ou la méconnaissance des avancées que la science a fait sur ces questions.

        Moi aussi, fut un temps, j’ai été fervent défenseur de l’avortement, considérant que les femmes ont le choix puisqu’elles en ont le droit et point-barre. Du pur légalisme, car j’oubliais qu’on parle ici d’être humain et non pas d’un conflit autour d’un arbre qui déborderait sur le jardin du voisin.

        Après avoir vu l’échographie de mon enfant, jamais plus je ne pourrais prétendre que la question de l’avortement ne peut légitimement se poser que depuis le point de vue de la femme qui porte en elle cette vie.

        Définition Larousse médical du mot "embryon": Être humain pendant les 8 premières semaines de son développement à l’intérieur de l’utérus.
        Définition Larousse médical du mot "fœtus": Être humain de la fin du deuxième mois au terme de la grossesse

        Car oui, il s’agit bien d’un être humain et non d’un appendice ou d’une simple excroissance.
        En effet, un avortement concerne, au moins, 2 humains vivants: la mère et son enfant. Voire 3 avec le père.

        Ayant deux petites filles, j’imagine que vous aussi avez vu les échographies des premières semaines de vie de vos enfants, vous les avez sans doute vu bouger, tressauter, leur cœur battre…
        Toutes les informations génétiques qui sont ce qu’elles sont aujourd’hui étaient inscrites dès la rencontre de vos cellules avec celles de leur mère. Lorsqu’on détruit un embryon ou pire un fœtus, c’est un petit humain qu’on élimine, rien d’autre.
        Ne le nions pas pour soulager notre conscience… Même si nous en avons le droit.

        Bien à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s